Le Cordier,

Le cordier recherche les endroits protégés. La pluie est son ennemie, car le chanvre humide ne peut être tressé. Les corderies sont ainsi installées souvent le long des murailles à l'abri du vent, dans les fossés et sous les arbres, a couvert de  la pluie et du soleil.

Les Outils du Cordier,

Accueil Personnages Edifices Métiers Cartes Postales Transports Contact
© Copyright Saissac Autrefois 2013  

Rouissage, séchage, teillage, sérançage,

Rouissage Cette opération a pour but de dissoudre la matière gommeuse agglutinée  aux fibres. Dès qu'il est sec le chanvre est transporté et étendu dans un endroit  abrité, sur un chaume, et non dans un pré où les tiges auraient moisi au contact de  l'herbe. La pluie rouissait le chanvre laissé là, plus d'un mois. Séchage A la fin du mois d'octobre, lié en fagots, il est porté dans la cour, à l'abri du  vent. Il est ensuite séché sur une claie, sous laquelle on entretenait un feu pendant 8 heures. Teillage.  Opération qui consiste à extraire la filasse en la séparant de la "teille"  (basca).  On brise d'abord le bois du chanvre avec une broie (barga, bargar teiller)  pour le détacher de la filasse. Une fois les tiges brisées les tiges étaient mises en  "massons"  (massar, massolar el carbé: broyer le chanvre avec une massette)  paquets composés de 3 à 4 poignées, alignées dans baquet où on les frappait avec  des massettes en bois, pour que le restant de la teille se détache de la filasse. Sérançage ou peignage : séparait le chanvre en fils aussi fins que possible  Le  peigneur passe le chanvre sur des dents d'acier (peigne ou penche) plus ou moins  espacées, selon que l'on désire des fibres plus ou moins fines . On obtient d'abord la filasse la plus fine le "prim" l'oeuvre blonde destinée aux chemises et aux draps fins;  ensuite la "stolpa" l'étoupe pour les draps grossiers et enfin le "borret" les résidus  pour les bourras et les sacs. Un bon peigneur pouvait faire une balle de 25 kg dans une journée.

Le Chanvre,

Le meilleur matériau  pour faire une corde,  c'est le chanvre. Les  cordages de tous les  navires étaient en  chanvre. Il est très  solide, dure longtemps  et ne s'use  pas facilement. Le chanvre plante dioïque présente  des pieds mâles assez grêles et des  pieds femelles plus forts. Ce qui  entraîne une confusion pour le paysan  qui nomme "carbe" le pied femelle et  "fumenelha" le pied mâle.  Les pieds mâles sont arrachés au  mois d'août et les pieds femelles un  mois plus tard lorsque le chènevis :   "canabon" est mûr.
V 1.20
Cordiers à l’ouvrage...
Saissac Autrefois