Le Tisserand,

Il fallait voir pour faire ce métier. Il était difficile de distinguer les fils, surtout lorsqu'ils étaient de couleur sombre. Il ne fallait pas  se tromper dans l'exécution de dessin. Le tisserand travaillait devant une fenêtre et l'hiver à la lueur du "caleil" à huile. Le plus terrible c'était l'hiver, peu ou pas de feu dans la pièce, qui devait être humide, le tisserand se chauffait en travaillant.  Quelquefois, le fil enduit de colle, mouillé, gelait.

Fileuses et Tisserands,

Accueil Personnages Edifices Métiers Cartes Postales Transports Contact
© Copyright Saissac Autrefois 2013  

Le Métier à Tisser,

Le "mestiè de tisseire" en bois de sapin, était fabriqué par le charpentier du village.  C'est un ensemble de montants et de traverses, de 2 mètres de haut , 2 de large et 3 de long, garni de 2 cylindres, 4 pédales ou marches, 4 lames portant les lisses (ou  lices) où l'on enfilait les fils de chaîne, du ros ou peigne, de la navette et des bobines en buis; ils s'assortissaient du dévidoir, le débanel, qui servait à soutenir les  écheveaux, du tour sur lequel on plaçait la bobine à garnir et de l'auge la naouqueto, pour l'encollage de la chaîne. La plupart de ces pièces étaient faites sur place

Fusaïoles,

Quel génial inventeur  eut l'idée de traiter des  fibres naturelles en  toile, en les filant et en  les tissant ?    Les premiers tissus  connus remontent au 8° et au 7°  millénaire av JC. Ils sont constitués de  lin mêlé à d'autres fibres végétales et  à des cheveux humains. Les tissus en  laine apparaissent vers le 4e  millénaire en Mésopotamie et en  Egypte. Le néolithique européen, connaît le  fuseau, le peigne, le seran.  On a  retrouvé dans des gisements de cette  époque de nombreuses fusaïoles,  disques en terre cuite percée,  destinés à lester l'extrémité des  fuseaux et à leur procurer une rotation régulière. Un tel disque a été trouvé à  Saissac. 
V 1.20
La maison du Tisserand
Saissac Autrefois